La Minute Tech Hebdo #3

Une minute pour comprendre les aliens de l’image. 👽

Dans l’aventure incroyable d’un des films les plus durs à réaliser.

Si je vous dis qu’au cinéma, un plan-séquence est un plan dans un film sans aucune coupure. Pensez-vous qu’il est possible de réaliser un film de 1h30 en un seul plan séquence ?

Et bien oui, ou du moins c’est ce que l’on veut nous faire croire.

Imaginez 30 secondes que sur un plateau de tournage, un réalisateur dise « Action! » et que seulement 90 minutes plus tard il dise « Couper! ».

Ça paraît dingue et pourtant plusieurs fois dans l’histoire du cinéma, certains réalisateurs ont relevé ce défi et ont accompli l’impossible avec brio.

Timecode, l’Arche Russe, bien d’autres références et 1917 dernièrement démontrent que cela est possible mais grâce a une ingéniosité hors norme.

Dans le dernier film 1917 de Sam Mendes, nous suivons l’histoire d’un soldat pendant plus d’une heure et demie sans aucune coupure apparente à l’écran. Tout est fluide, tout s’enchaîne avec une précision et une justesse incroyable.

Il y a notamment une scène de référence où le soldat sort d’une tranchée.

Lors du tournage, le premier plan termine lorsque le soldat arrive en bas de la tranchée et le plan suivant commence lorsque le soldat est déjà sorti de la tranchée.

Alors comment lier les deux et faire en sorte qu’il n’y ait pas de coupure ?

Feature section

Une mine de tours de magie et d’effets spéciaux.

Pour atteindre ce résultat, le réalisateur fait appel à des coupures cachées et se sert de l’univers 3D.

Pour reprendre l’exemple précédent, les trois secondes où le soldat grimpe pour sortir du trou ne sont que de la modélisation. Modélisation qui permet de faire le lien entre deux plans vidéo sans que l’on ne s’en aperçoive. Les techniques des effets spéciaux et du 3D sont tellement poussées qu’ils arrivent à tromper l’oeil humain.

Par le passé, certains réalisateurs ont relevé le défi ultime : ne tourner effectivement qu’un seul plan séquence sans avoir recourt à des méthodes de transition cachées.

Mike Figgis, réalisateur de Time Code, a réussi à synchroniser quatre histoires en même temps. L’écran est scindé en quatre parties où l’on peut suivre 4 points de vue qui s’entremêlent et se croisent à certains moments de l’histoire.

Feature section

 

Autre film du même genre : L’Arche Russe. Ses chiffres sont vertigineux : il a nécessité 850 acteurs, plus de 1000 figurants, des jours de préparation et d’essai et c’est seulement la quatrième tentative qui a réussi.

La réalisation d’un film en un seul plan séquence est généralement dû à un choix de narration. Cela permet d’amplifier les éléments présents à l’écran et d’augmenter cette sensation d’être dans l’histoire en temps réel.

Feature section

Bien maîtrisée, cette technique permet d’aborder une capsule temporelle de manière totalement innovante.

La Vibe de la semaine.

Anne Müller – Drifting Circles

Un peu de musique classique pour se détendre.

Ecouter 🎵

Et si on partageait la même passion ?

Recevez chaque semaine une nouvelle du monde du cinéma, de la photographie, de l’Intelligence Artificielle, de la technologie de pointe, de la réalité augmentée, de la réalité virtuelle, du Deep Learning, etc…